Une hyperémotivité envahissante

 

Les troubles débutent souvent au début de l’âge adulte mais elle semble être présente en latence dès l’enfance.
Le syndrome borderline (émophanie)  est un trouble de la personnalité caractérisé par une impulsivité majeure ainsi qu’une instabilité émotionnelle prononcée, des relations interpersonnelles et de l’image de soi. Les Borderlines ont une tendance à réagir émotionnellement plus intensément que les autres à des niveaux de stress moindres.
Les personnes atteintes par ce trouble sont, selon le psychothérapeute Alain Tortosa, « des Cocotte-Minute, toujours sur le point d’exploser ».

2% de la population serait atteinte de troubles borderline.

Symptômes :

– des sentiments chroniques de vide – une difficulté à gérer la colère
– une capacité réduite à prévoir les conséquences de ses actes
– une perturbation de l’identité (remise en question de projets ou de sentiments certains, questionnement sur soi, difficultés à analyser son ressenti)
– une tendance à idéaliser puis à dévaloriser l’autre
– une instabilité dans les relations interpersonnelles (changements fréquents d’amis, de partenaire, de milieux professionnels, tendance à la manipulation, etc.)
– des efforts effrénés pour éviter les abandons (crainte excessive des ruptures, de l’éloignement)
– des symptômes dissociatifs et une idéation persécutoire (impression de sortir de son corps, d’être victime d’un complot)
– des comportements impulsifs, dangereux, d’auto-mutilation (crises de boulimie, tendance au jeu, consommation abusive d’alcool ou de drogues)
– des idées et des gestes suicidaires.

L’état de personnalité limité est donc difficile à cerner, d’autant qu’il est souvent accompagné d’un autre trouble de la personnalité, à l’image de la dépendance affective.