Articles sur les maladies psychiques

De nouvelles mesures pour l’emploi des personnes handicapées

En France, le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à celui de la moyenne nationale. Comment faire pour que cela change ?

L’obligation d’emploi de travailleurs handicapés

Depuis 2006, toute entreprise du secteur privé ou organisation de la Fonction publique doit employer au moins 6 % de travailleurs handicapés, à temps plein ou à temps partiel. L’employeur peut s’acquitter de cette obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) par des embauches directes, en CDI ou en CDD, des contrats d’alternance ou d’apprentissage, mais également en accueillant des stagiaires handicapés.[read more= »Cliquez ici pour lire plus » less= »Cliquez ici pour lire moins »] Il peut aussi, à concurrence de la moitié de son obligation d’emploi, passer des contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestations de service avec des entreprises adaptées ou des établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Il peut enfin verser une contribution annuelle à l’Association pour la gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) pour chacune des personnes qu’elle aurait dû employer.

Comment demander la reconnaissance de travailleur handicapé ? 

Les personnes en situation de handicap concernées par l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés sont les bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH), les invalides militaires ou civils, les victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ayant entraîné une incapacité permanente d’au moins 10 % et bien sûr les travailleurs reconnus handicapés. Se faire reconnaître travailleur handicapé permet d’accéder à de nombreuses mesures visant à favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi. Un travailleur handicapé est une personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont réduites du fait de son handicap. Pour obtenir cette reconnaissance, il faut déposer un dossier auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de votre domicile. Cet organisme pourra également vous donner tous les conseils utiles pour accéder à l’emploi. Après examen de ce dossier, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) est accordée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées.

Quel type et conditions d’emploi pour les personnes handicapées ? 

Les personnes en situation de handicap qui travaillent en milieu « ordinaire », c’est-à-dire dans une entreprise privée ou une administration publique, ont un statut de salarié ou de fonctionnaire à part entière. Afin de favoriser leur insertion dans l’emploi, de nouveaux dispositifs ont été mis en œuvre. Ils peuvent ainsi bénéficier d’une aide financière de l’Agefiph pour, par exemple, adapter leur poste de travail. Testé avec succès dans certains départements, le dispositif d’emploi accompagné a été généralisé en 2016. Il permet aux travailleurs handicapés de bénéficier d’un accompagnement médico-social et d’un soutien à l’insertion professionnelle tout au long de leur parcours professionnel. Il est ainsi plus facile de dialoguer avec l’employeur pour obtenir un aménagement de poste, remédier aux difficultés rencontrées dans le cadre de son travail ou soutenir psychologiquement le travailleur.

 

Projet à soutenir financièrement
Revalorisation de l’Allocation adulte handicapé L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est un minimum social dont bénéficie 1,1 million de personnes en situation de handicap, ne pouvant prétendre à un avantage vieillesse ou à une rente d’accident du travail. Elle s’élève actuellement à 811 euros par mois. Ce montant fait chaque année l’objet d’une revalorisation en fonction de l’inflation des prix. Au 1er novembre 2018, le niveau de l’AAH à taux plein pour une personne seule sera porté à 860 euros ; puis, au 1er novembre 2019, il atteindra 900 euros. Parallèlement à cette mesure, les règles d’appréciation des revenus des bénéficiaires de l’AAH en couple, qui représentent un peu moins d’un quart des allocataires, seront alignées sur celles d’un couple touchant le revenu de solidarité active (RSA).

source : Casden mag[/read] 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.